Rechercher
  • sitectoutunart

Une Artiste en Equilibre sur Corridor Eléphant

Je remercie la maison d'édition Corridor Eléphant de m'avoir invitée à rédiger le portrait d'une plasticienne hors du commun.

Maud Louvrier-Clerc

Bonne lecture


Maud Louvrier-Clerc fait partie des personnes qui illuminent votre journée. La joie chevillée au corps, la passion ou plutôt les passions en bandoulière, elle vous embarque dans son univers. Fille d’un homme d’affaires globe-trotteur qui ne voit pas d’un bon œil l’attirance de sa fille pour la vie d’artiste, Maud s’engage dans des études en commerce international et intelligence économique mais suit en parallèle l’école du Louvre parce que détermination et curiosité font partie de l’ADN de la jeune femme. Sa mère, historienne, l’invite dès l’âge de treize ans, à lire Aristote et Epictète. Un coup de foudre pour les philosophes grecs dont l’approche, finalement, très simpliste de ce qu’est « une bonne vie » ne la quittera plus. 2009, année décisive. Un accident la cloue au lit pendant un long moment. À l’image de Frida Kahlo, elle réclame crayons et papier à dessin. Son émotion n’est pas feinte lorsqu’elle parle d’éclosion : Elle sera artiste ! N’en déplaise à son environnement social. « En sortant de l’hôpital, je serai tout sauf ce que j’étais avant ». C’est le temps de la réconciliation entre son Yin et son Yang ! Ses références s’appellent Matisse, Brancusi et Hartung ! Elle reçoit les œuvres d’Hartung comme un jaillissement qui lui donne de la force. La libération de la ligne, la puissance de la chromie, la subtilité du geste, elle peut vous en parler des heures. En mode action, Maud se forme à la gravure, la calligraphie, la sérigraphie et à plusieurs méthodes d’ébénisterie mais ne se détourne pas de ses passions pour l’astrophysique, la biologie et la philosophie qui la nourrissent et influencent l’équilibre de sa création. Le mot est lâché : l’Équilibre ! … des écosystèmes naturels et humains. Artiste existentielle, spirituelle et intellectuelle, elle place l’Équilibre comme la pierre angulaire de toute son œuvre. La philosophie favorise ses réflexions sur l’évolution et au travers d’une forme géométrique, le carrond, elle déploie une pratique entre art, design et architecture. « Je suis tournée vers une conscientisation poétique de l’écologie et du bien vivre ensemble, mes thématiques de recherche essentielles sont l’identité, l’empreinte et l’interdépendance ». Engagée pour les causes environnementales, écologiques, elle aborde l’anthropocène avec un figuratif imaginaire et sensible sous forme d’œuvres classiques (dessin, peinture, photographie…), d’œuvres interactives, des protocoles qui sont des recherches-actions où il y a cocréation avec le public. « L’œuvre est une partie de mon processus de création, elle n’en est pas la finalité » À partir d’une montagne, d’un nuage, d’un sac plastique, nous voici sensibilisés aux enjeux environnementaux tels que le réchauffement climatique, le développement durable, la pollution. Derrière un visage, un cœur, un poisson, nous sommes interpellés par les problématiques sociétales telles que la maltraitance, la discrimination, la gouvernance. Le paradoxe, dans son travail, est la force des messages avec la traduction artistique toute en douceur et en poésie. Maud, en train de travailler, vous explique que « la peinture se fait toute seule, c’est elle qui choisit, elle est vivante ». Depuis 2012, Maud est très présente sur la scène artistique. D’expos (solo, collectives, foires) en rencontres, en conférences, en évènements au sein des entreprises, elle devient une collectionneuse de collectionneurs et d’amateurs. J’ai rencontré Maud pour un projet de workshop il y a plusieurs années. Depuis rencontres, projets, objectifs, se renouvellent avec joie et liberté.

http://www.maudlouvrierclerc.com/actual.html



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout